art amazigh


 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une enquête à Lakhssas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
oudad



Messages : 16
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Une enquête à Lakhssas   Dim 6 Juil - 12:18

Je tiens à remercier D. Lahcen qui m’a raconté cette histoire vraie.Je le prie de m’excuser de ces ajouts fictifs.


On est en 2003, les élections communales s’approchent dangereusement.
On parle que de ça en ce moment, tout le monde y va de son point de vue.
Les médias s’en donnent à cœur joie ; les analyses, les pronostics, le taux de participation …etc. vont bon train. A la radio et à la télé, c’est le sujet majeur qui domine toute l’actualité.
Tous les établissements administratifs sont en effervescence pour mener à bien cette mission. Les fonctionnaires sont mobilisés pour préparer la campagne électorale. Eux qui n’ont rien à faire, d’habitude, se retrouvent débordés par la paperasse ; des circulaires et des communiqués en tout genre.
Au souk de Lakhssas, le sujet des élections est sur toutes les langues.
Dans les cafés, autour d’un tajine ou d’une théière, des clans et des bandes d’amis épluchent la vie des candidats qui vont se présenter. Ici, tout le monde les connaît, d’ailleurs c’est toujours les mêmes qui se présentent.
Un beau matin, une rumeur tombe comme un couperet et se répand comme le feu dans la paille ; le code électoral des communes a changé.
On annonce qu’une circulaire du ministère de l’intérieur stipule que, désormais, chaque candidat doit savoir lire et écrire et avoir au moins le certificat des études primaires.
Cette information n’arrange pas les choses de certains candidats qui étaient là depuis la décolonisation et qui ont presque hérité l’art d’administrer les gens. Pour eux, c’est juste une rumeur comme tant d’autres qui circulent dans le souk.
Le soir, la radio confirme la nouvelle du changement du code électoral et une stupeur ankylosa tous les candidats analphabètes.
L’ancien président de la commune de Lakhssas n’arrive pas à digérer cette mauvaise nouvelle. Il se voit dépassé par les événements et il y voit une sorte de complot contre lui.
Lire et écrire est un art qu’il ne maîtrise pas trop ; il sait faire une belle signature qu’est ce qu’ils veulent de plus.
« Demain, je vais en parler avec le Caïd pour tirer tout ça au clair. Lui, il saura me conseiller et me montrer comment s’y prendre pour trouver une brèche dans cette maudite loi. Avec cinq litres de l’huile d’argan, les choses vont s’arranger. » s’est il dit.
Le lendemain, il se leva tôt, fit une grande toilette et endossa ses plus beaux habits. Le petit déjeuner vite avalé, il se dirigea vers la Caïdat .
En le voyant, le caïd esquissa un large sourire et lui lança avant de le saluer : « les eaux ont changé, président (bddln waman a rrays)».
Le caïd lui expliqua que la semaine prochaine, il sera convoqué par la préfecture de Tiznit pour passer un test. Le test est obligatoire et consiste à recopier un petit paragraphe et à faire une petite dictée.
Le « mammouth » ne croit pas ses oreilles, ses genoux n’arrivent plus à le porter et ses yeux se sont embrumés.

A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une enquête à Lakhssas   Mer 9 Juil - 21:39

oudad a écrit:
Je tiens à remercier D. Lahcen qui m’a raconté cette histoire vraie.Je le prie de m’excuser de ces ajouts fictifs.


On est en 2003, les élections communales s’approchent dangereusement.
On parle que de ça en ce moment, tout le monde y va de son point de vue.
Les médias s’en donnent à cœur joie ; les analyses, les pronostics, le taux de participation …etc. vont bon train. A la radio et à la télé, c’est le sujet majeur qui domine toute l’actualité.
Tous les établissements administratifs sont en effervescence pour mener à bien cette mission. Les fonctionnaires sont mobilisés pour préparer la campagne électorale. Eux qui n’ont rien à faire, d’habitude, se retrouvent débordés par la paperasse ; des circulaires et des communiqués en tout genre.
Au souk de Lakhssas, le sujet des élections est sur toutes les langues.
Dans les cafés, autour d’un tajine ou d’une théière, des clans et des bandes d’amis épluchent la vie des candidats qui vont se présenter. Ici, tout le monde les connaît, d’ailleurs c’est toujours les mêmes qui se présentent.
Un beau matin, une rumeur tombe comme un couperet et se répand comme le feu dans la paille ; le code électoral des communes a changé.
On annonce qu’une circulaire du ministère de l’intérieur stipule que, désormais, chaque candidat doit savoir lire et écrire et avoir au moins le certificat des études primaires.
Cette information n’arrange pas les choses de certains candidats qui étaient là depuis la décolonisation et qui ont presque hérité l’art d’administrer les gens. Pour eux, c’est juste une rumeur comme tant d’autres qui circulent dans le souk.
Le soir, la radio confirme la nouvelle du changement du code électoral et une stupeur ankylosa tous les candidats analphabètes.
L’ancien président de la commune de Lakhssas n’arrive pas à digérer cette mauvaise nouvelle. Il se voit dépassé par les événements et il y voit une sorte de complot contre lui.
Lire et écrire est un art qu’il ne maîtrise pas trop ; il sait faire une belle signature qu’est ce qu’ils veulent de plus.
« Demain, je vais en parler avec le Caïd pour tirer tout ça au clair. Lui, il saura me conseiller et me montrer comment s’y prendre pour trouver une brèche dans cette maudite loi. Avec cinq litres de l’huile d’argan, les choses vont s’arranger. » s’est il dit.
Le lendemain, il se leva tôt, fit une grande toilette et endossa ses plus beaux habits. Le petit déjeuner vite avalé, il se dirigea vers la Caïdat .
En le voyant, le caïd esquissa un large sourire et lui lança avant de le saluer : « les eaux ont changé, président (bddln waman a rrays)».
Le caïd lui expliqua que la semaine prochaine, il sera convoqué par la préfecture de Tiznit pour passer un test. Le test est obligatoire et consiste à recopier un petit paragraphe et à faire une petite dictée.
Le « mammouth » ne croit pas ses oreilles, ses genoux n’arrivent plus à le porter et ses yeux se sont embrumés.

A suivre

Salut oudad
Eh bien,j'ailu et bu tes mots ,une chronique bien ciselée;je t'en remercie et reste sur ma faim;j'attends la suite pour pouvoir memarrer des politicards!
Amitiés
Farid flower
Revenir en haut Aller en bas
itrinit
Modérateur
Modérateur


Messages : 441
Date d'inscription : 18/05/2008
Localisation : Agadir

MessageSujet: Re: Une enquête à Lakhssas   Sam 12 Juil - 18:22

Merci Oudad pour ce récit,
Un récit plus-que-parfait
On attend avec impatience la suite.
Ayyz nk agma
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une enquête à Lakhssas   Aujourd'hui à 23:52

Revenir en haut Aller en bas
 
Une enquête à Lakhssas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enquête de satisfaction ?
» [Bello, Antoine] Enquête sur la dispariton d'Emilie Brunet
» [2007] Paris: Enquêtes Criminelles
» les enquêtes de Soeur Fidelma de Peter Tremayne
» Steven Saylor - les enquêtes de Gordien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
art amazigh :: Culture et Patrimoine Amazigh :: Littérature/Linguistique-
Sauter vers: