art amazigh


 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Îsha Qandisha, une légende marocaine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
atanane



Messages : 148
Date d'inscription : 11/09/2008
Localisation : Ida u Tanan / Paris

MessageSujet: Îsha Qandisha, une légende marocaine.   Dim 21 Sep - 5:39

A Mostafa, avec toute mon amitié.

Actuellement encore, cette sulfureuse histoire continue de persister du Nord au Sud du Maroc, et bien au delà ; les gens se la racontent parfois les longs soirs d’hiver, comme une légende pour grandes personnes, en prenant bien soin d’éviter la présence des enfants, pour ne pas les effrayer ; même les esprits les plus éclairés, les hommes les plus courageux éprouvent un certain frisson en entendant prononcer ce nom terrible : « Aïsha Qandisha » !


Mais qui était- elle ? Une femme ensorcelée ou un génie ? Quelle était donc sa malédiction ? Les gens se montreront toujours réticents à en parler, et si l’on insiste un peu plus, il y’aurait toujours quelqu’un qui en aurait entendu parler et le plus hardi des conteurs, celui qui semble le plus connaître les faits racontera que par les nuits sans lune, surtout dans les campagnes, aucun homme, surtout s’il fut jeune et en âge d’être marié ne devait s’aventurer seul dehors, et s’il se trouvait contraint de le faire, il ne devait surtout pas oublier de se munir d’une lame, n’importe laquelle, un poignard, un couteau ou un rasoir, grand ou petit, tranchant ou rouillé, qu’il devait rapidement planter dans le sol, dès que lui apparaissait cette séduisante créature féminine, aux pieds semblables aux sabots d’une chèvre ! il ne devait surtout pas succomber à son charme irrésistible, car cette apparition était d’une beauté incomparable, les cheveux couleur de feu retombant sur des épaules blanches, à peine vêtue, elle susurrait d’une voix charmeuse le nom de sa victime qu’elle connaît, et elle se plaît à lui rappeler quelque détail secret de sa vie ; le malheureux qui tombe sous à son charme la suit, inconscient de tout danger, et ne revient plus jamais parmi les siens ! Combien de jeunes avaient ainsi disparu et que l’on ne revit plus ! Imprudents, ils sortirent seuls la nuit, et rencontrèrent assurément cette femme fatale qui les avait entraînés avec elle au royaume de l’ombre d’où l’on ne revient jamais. Rares furent les rescapés qui revinrent relater l’insoutenable rencontre : quelques- uns, s’ils parvinrent à se délivrer de l’ensorcelante créature succombèrent malgré tout à la terreur qu’ils ressentirent, ou devinrent fous, livrés à leur démence, errants par les chemins...

C’est ce qui advint de Moh, un brave gaillard d’une trentaine d’années ; il portait sa malheureuse histoire comme un lourd secret dont il ne parlait jamais, de peur de revivre l’abominable aventure qui lui arriva une nuit. Il raconta cette rencontre cauchemardesque une seule fois, à l’aube, lorsqu’il atteignit à moitié fou d’épouvante la première maison qu’il trouva sur son chemin. Le jeune homme fut accueilli tout tremblant, le visage blême, par ses voisins alarmés et une fois qu’il eut bu un verre de thé brûlant il parla de l’étrange femme qui lui était apparue sous un olivier, à proximité de la rivière. Personne n’osa l’interrompre quand il commença à raconter les faits d’une voix haletante, tellement il semblait avoir hâte de se débarrasser au plus vite de sa vision nocturne :

« Je rentrais hier chez moi, après avoir dîné chez les Aït Oumlil... Le soleil venait de se coucher, nous étions exténués par une rude et longue journée d’abattage des blés ; nous avions rentré le foin et je devais repartir seul car je devais ramener le mulet et aider à la moisson qui n’était pas toujours terminée chez nous. On me retint, bien sûr, et j’aurais dû écouter le père Aït Oumlil qui me demanda de dormir chez lui et de l’accompagner le lendemain, puisqu’il devait à son tour venir nous aider. Je n’avais écouté que ma raison, ne désirant trop m’attarder chez mes hôtes ; j’avais donc harnaché mon pauvre mulet, encore plus fatigué que moi, et j’entrepris de traverser la forêt des Ida- ou- Kazzou ; la nuit venait de tomber mais je ne craignais rien ; mon mulet suivait docilement le chemin, je n’avais même pas à le guider ni à le contraindre à aller plus vite, on aurait dit qu’il était plus pressé que moi de retrouver sa paille, son étable et de se reposer avant une autre laborieuse journée... Malgré la tombée de la nuit la lune éclairait suffisamment la route, il faisait encore chaud et les cigales emplissaient la forêt de leur vacarme assourdissant. Je n’y prêtai pas attention, bien au contraire, leur chant me berçait, m’engourdissait davantage. justement je m’éveillai de ma somnolence lorsque ce bruit familier cessa brusquement. Mon mulet, qui fut placide jusqu’à ce moment parut nerveux ; il secouait la tête, renâclait, les oreilles dressées et rigides, comme s’il entendait quelque bruit dans cette pénombre et ce silence étranges.

Je fus parcouru par un frisson subit lorsque il me sembla entendre une voix à peine audible gémir... Mon nom ! C’était la voix d’une femme qui m’appelait, elle semblait être dans la détresse, et je crus reconnaître son timbre si familier ! Malgré l’attitude inhabituelle de mon mulet qui s’affolait et cette voix mystérieuse et douce qui me réclamait je me ressaisis de ma frayeur et voulus découvrir malgré tout d’où venait cet appel, car une personne que je connaissais certainement avait besoin d’aide...

Et c’est alors qu’elle m’apparut, tellement belle et saisissante, vêtue d’un voile blanc étincelant, debout à côté d’un olivier. Je sautai de ma selle car ma monture semblait pétrifiée et ni ma harangue, ni mes coups ne semblaient vaincre sa détermination de ne plus avancer. Je me dirigeai, comme subjugué vers elle car sa silhouette fine, sa voix cristalline ne pouvaient être que celles d’une jeune fille que je connaissais ; j’en fus convaincue lorsque je vis son magnifique visage, légèrement éclairé par un rayon de lune ; ses cheveux flamboyants d’un roux orangé ondulaient sur ses frêles épaules et retombaient comme un châle de feu sur sa poitrine, jusqu’à ses larges hanches... Elle avança son bras gauche dénudé vers une branche qu’elle semblait tenir et tendit vers moi sa main droite en me regardant, en me souriant affectueusement comme pour m’inviter à m’approcher davantage .

Je fis alors quelques pas vers elle et ô stupeur ! Il me sembla reconnaître nettement Danna, une jeune fille de mon voisinage, dont j’étais éperdument amoureux et que je rêvais d’épouser... Mais elle était morte depuis longtemps ! Emportée subitement par une méningite fulgurante, pure et vierge, sans que nos projets d’épousailles se concrétisent !

Mes cheveux se dressèrent littéralement sur ma tête et mon cœur battit comme un tambour fou dans ma poitrine et il me sembla qu’il allait sortir par ma gorge suffocante ou rompre. J’eus un éclair de lucidité et je réalisai qu’il ne pouvait s’agir que d’une seule créature, la terrible, l’ensorceleuse Aïsha Kandisha, la maudite ! Je fus liquéfié d’une terreur mortelle ; elle se rendit compte de mon effroi et cessa de sourire ; elle se fit plus pitoyable, plus cajoleuse et d’une voix déchirante elle me supplia d’approcher d’elle : « Moh, Moh, m’implora - t - elle, ô fils de mes voisins, ne me reconnais - tu pas ? Ne te rappelles - tu plus de moi ? Aide - moi, je t’en supplie, donne - moi la main... ».

Je fus sur le point de céder à son appel irrésistible, de lui tendre ma main, je ne savais plus que faire, je récitai intérieurement des prières, ce qui me redonna un peu plus d’assurance ; je voulus lui dire quelque chose, la conjurer de disparaître, crier que Dieu me protège d’elle, de Satan et de tous les diables! Mais aucun son ne sortit de ma gorge nouée. Plus je baissai la main vers ma ceinture pour empoigner mon couteau plus sa physionomie se transformait affreusement. Mon mulet derrière moi s’ébrouait, frappait le sol de ses sabots, comme s’il me suppliait de reprendre courage ; lorsque enfin je touchai la poignée de ma lame je vis son beau visage se changer en un rictus hideux et une grimace affreuse la tordre de dépit et de colère !

Elle détacha enfin son bras de l’arbre et s’avança lentement vers moi ; c’est alors que je pus voir ses pieds apparaître sous le drapé ample de son voile : c’était deux sabots noirs et fourchus, pareils à ceux d’un bouc, recouverts d’un poil luisant qui montait jusqu’à ses chevilles. Sa démarche était maladroite, sautillante, elle fit un bond, se rua sur moi mais avant qu’elle m’atteignit je me jetai brusquement à terre et plantai la pointe de mon poignard dans le sol ! Elle hurla de douleur comme si ce fut elle qui était touchée à mort. Je m’agrippai désespérément à la poignée de ma lame et ne bougeai plus, terrorisé, replié sur moi - même, fermant de toutes mes forces mes yeux pour ne plus voir l’ignoble créature qui se démenait autour de moi, en vociférant de fureur !

Je sentais l’air qu’elle remuait de ses bras et de son voile et j’entendais son terrible souffle, comme un sifflement de vipères au dessus de ma tête, pnctué de cris de souffrance. Elle me suppliait de la délivrer, en retirant la lame plantée dans le sol, car aussi longtemps que je resterais ainsi elle souffrirait et ne pourrait rien faire. Je refusai d’obéir à ses déchirantes supplications, de peur qu’elle ne tint pas parole. Je l’entendis alors me promettre tout ce que je voulais, la puissance et la jeunesse, un coffre rempli de pièces d’or et d’argent, mais rien ne m’importait plus à ce moment que d’avoir la vie sauve et que cessât au plus vite cet insoutenable cauchemar, que les choses redeviennent normales, qu’elle disparaisse au plus vite et que je l’oublie !

Je ne voulais surtout pas négocier avec une diablesse, de peur de perdre mon âme et ma raison et ni la puissance ni la richesse ne m’ont jamais séduits. avec la force du désespoir je réussis à articuler quelques paroles, à lui dire que je ne désirais rien et la suppliai, en invoquant le nom de Dieu, de s’en retourner d’où elle venait. De mes mains tremblantes je relevai légèrement la pointe de la lame du sol et osai ouvrir mes yeux. Je vis alors sa silhouette s’enfuir comme une nuée blanche puis disparaître parmi les troncs d’arbres, du côté de la rivière ; je restai encore longtemps agenouillé à ma place, tremblant de tous mes membres, mains agrippés à mon poignard, récitant des louanges à Dieu pour avoir eu pitié de moi.

Je repris peu à peu mon calme et lorsque je réalisai que tout était vraiment fini je me suis finalement relevé ; je regardai les arbres immobiles et muets qui avaient assisté à l’étrange scène, la lune et les étoiles qui continuaient de scintiller, comme d’habitude, comme si rien d’extraordinaire ne s’était passé ; puis je me rappelai d’où je venais, où j’allais, et je pensai à mon mulet. Il s’était éloigné à une petite distance et s’était mis derrière le tronc abattu d’un arganier, comme pour se protéger en se cachant là.

Je m’empressai de le monter pour quitter au plus vite ce lieu maudit qui était encore tout imprégné de cette diabolique présence. Je ne savais plus où j’allais... Revenir d’où je venais ? Rentrer chez moi et continuer mon chemin comme si rien ne s’était passé ? Je talonnai ma monture et sortis de l’obscurité lugubre de la forêt. Je savais qu’il y avait un hameau à proximité et c’est vers là que je me suis dirigé sans plus hésiter, car j’étais encore trop obsédé par l’effroyable apparition et je voulais rapidement retrouver des humains, la lumière, la vie... »

Personne autour de Moh ne bougeait ni n’osait interrompre le silence qui suivit son récit ; la lumière des bougies ondulait sur les visages aux yeux grands ouverts, aux bouches bées ; tous ressentaient la peur encore palpable qui l’étreignait et demeuraient assis, groupés autour de lui, figés comme sous l’emprise d’un charme maléfique. Un vieillard qui semblait impassible se rabroua, se redressa le premier à l’aide de sa canne et d’une voix calme et autoritaire il ordonna à l’auditoire de se relever et de vaquer à ses occupations. Le jour se levait et il y avait tant à faire à la maison ; tous lui obéirent et le laissèrent seul avec le jeune homme qui semblait toujours livide, le regard absent, absorbé par le jeu de l’ombre et de la lumière des bougies sur le mur.

Le vieillard prit une épaisse couverture de laine qu’il étendit sur le jeune homme, couché sur une simple natte. Il éteignit ensuite les bougies et le laissa dormir. Tard dans la journée il se réveilla et émit le désir de rentrer chez lui ; on lui attela son mulet et le vieillard, qui semblait encore vaillant pour son grand âge souhaita l’accompagner. Malgré les protestations polies du jeune homme il se fit harnacher une belle jument et tous deux partirent.

Bien des jours après cet événement Moh ne sortait plus de chez lui ; il ne travaillait plus, non par paresse ou maladie, mais sa famille désirait le préserver des grands efforts ; ils voulaient lui laisser tout le temps nécessaire pour qu’il se remette de sa terrible expérience ; en effet, il ne parlait guère, ou rarement, pour dire seulement qu’il allait bien, qu’il ne fallait surtout pas le déranger ni plus jamais lui reparler de son étrange nuit.

Il semblait complètement changé : du jeune homme dynamique qu’il était, toujours présent pour aider son entourage, ou bavarder, blaguer avec ses amis, il devint un être pensif, silencieux, restant de longues heures sur la terrasse à mâchouiller des brindilles de paille, à méditer on ne savait quoi. Il pensait moins à la diablesse à la chevelure rousse qui avait failli l’emmener on ne sait vers quel abîme, qu’au souvenir de la belle Danna qu’elle avait fait renaître violemment en lui.

« Danna! Ah! Danna... » Répétait - il souvent, quand il se croyait seul sur la terrasse, ou dans sa chambre. Les enfants qui restaient avec lui à la maison et qui l’épiaient l’avaient souvent entendu répéter inlassablement ce nom, qui semblait être sa seule raison de vivre. Il était devenu ensorcelé, disait - on dans son entourage. On l’emmena chez un médecin de la ville qui s’était déclaré incapable de le guérir, puis chez tous les marabouts de la région, on convoqua les uns après les autres tous les guérisseurs de la contrée pour le sauver de son délire, mais en vain...

Il dépérissait jour après jour, et paraissait complètement détaché du monde des vivants. Il semblait irrémédiablement perdu, "habité" comme disent les anciens. Petit à petit plus personne ne prenait soin de lui, non qu’on le négligeât, mais il refusait absolument d’être approché, et se débattait dès qu’on le forçait ; il n’était apaisé que lorsqu’on le laissait seul, livré à ses divagations et à ses songes ; une barbe hirsute et sale avait envahi son visage et sa tunique qu’il ne changeait plus était devenue sale, durcie par la crasse et la boue. Son entourage qui n’avait plus d’emprise sur lui se désintéressa peu à peu de lui et on le laissa errer à sa guise ; certains le rencontraient vagabondant sur les sentiers, très loin de son hameau et parfois, on le retrouvait seul dans le cimetière, prostré devant une tombe portant l’épitaphe consacrée :

« Tout ce qui est de ce monde retourne au néant et ne demeure que la face de ton Dieu glorieux et généreux », suivie du nom de la défunte : « Danna bent Salem, décédée le... ».

Atanane




Apparition, huile sur toile, 40/55


Dernière édition par atanane le Jeu 25 Sep - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.20six.fr/atanane
itrinit
Modérateur
Modérateur


Messages : 441
Date d'inscription : 18/05/2008
Localisation : Agadir

MessageSujet: Re: Îsha Qandisha, une légende marocaine.   Mer 24 Sep - 16:00

Merci agma Atanane pour cette histoire de aicha quendicha. Cette histoire ressemble beaucoup à celle de taserdunt n issemdaln (la mule des cimetières) qu’on raconte à tamazirt. Une histoire qui nous en a donné des frissons durant notre enfance et rien que de la relire aujourd’hui, ça me rappelle ces moments, assis avec mes copains dans akherbich de timzgida écoutant dda jamaâ ubrik qui raconte. Il commence toujours son récit par : Tslim awddi tslim, adagh ihfêd rbbi gh timgharin, igh khwcent …. tagodi, igh 3ezzant …. anhattaf.

Aicha Quendicha est elle une sorcières, ou une vraie guerrière et militante?
Est-elle Belle ou laide ? Fascinante ou terrifiante ?
Cette histoire est-elle vraie ou mythe ?
Quel est le message véhiculé par cette histoire ?

Il est difficile à répondre à ces questions.
En tout cas, îsha quendisha est un personnage complexe qui subsiste dans notre inconscience. Combien de fois on est séduit et fasciné par des lueurs de toute beauté pour être cannibalisé et phagocyté ensuite ! Prudence, on est très sensibles nous les imazighen.
Revenir en haut Aller en bas
Tanirt
Admin
Admin


Messages : 737
Date d'inscription : 16/05/2008
Localisation : France

MessageSujet: Re: Îsha Qandisha, une légende marocaine.   Sam 27 Sep - 10:55

l'histoire est déjà bien terrifiante en soi et Itrinit en rajoute une couche dans son commentaire! pale
J'ai attendu d'être en plein jour pour la lire.... lol!
Merci Atanane pour cette fabuleuse histoire qui nous fait retomber dans l'enfance, ses visions imagées et son imagination débordante!
Itrinit, pour moi elle ne représente qu'un mythe, je ne voudrais pas être cannibalisée un jour, alors je crois ce qui m'arrange lol!

Merci infiniment Atanane! flower
Revenir en haut Aller en bas
http://art-amazigh.discutforum.com
itrinit
Modérateur
Modérateur


Messages : 441
Date d'inscription : 18/05/2008
Localisation : Agadir

MessageSujet: Re: Îsha Qandisha, une légende marocaine.   Sam 27 Sep - 11:21

Tanirt a écrit:
l'histoire est déjà bien terrifiante en soi et Itrinit en rajoute une couche dans son commentaire! pale
J'ai attendu d'être en plein jour pour la lire.... lol!
Merci Atanane pour cette fabuleuse histoire qui nous fait retomber dans l'enfance, ses visions imagées et son imagination débordante!
Itrinit, pour moi elle ne représente qu'un mythe, je ne voudrais pas être cannibalisée un jour, alors je crois ce qui m'arrange lol!

Merci infiniment Atanane! flower

azul tanirt
noooooon, non moi j'ai rien dit, c'est dda jamaâ ubrik qui commence toujours ses contes par sa fameuse sentence: Tslim awddi tslim, adagh ihfêd rbbi gh timgharin, igh khwcent …. tagodi, igh 3ezzant …. anhattaf. sory

Et lorsque j'ai dit: "Combien de fois on est séduit et fasciné par des lueurs de toute beauté pour être cannibalisé et phagocyté ensuite "
je ne parle pas de la beauté des femmes, allah yawddi, amour is akw illa ma izdârn ad iskhser lkhatr i timazighin. non Nous les imazighn, on respectes les femmes. affraid
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Îsha Qandisha, une légende marocaine.   Aujourd'hui à 8:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Îsha Qandisha, une légende marocaine.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rocky Balboa : Une légende s'écrit jusqu'au dernier round.
» [Warner] Le Royaume de Ga'Hoole - La Légende des Gardiens (27 octobre 2010)
» Salvatore R.A. - L'invasion des ténèbres - La Légende de Drizzt 9 - Les Royaumes Oubliés
» DT Louis XIII 1639H (332) légende inédite?
» Cahors : la légende du pont du diable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
art amazigh :: Culture et Patrimoine Amazigh :: Littérature/Linguistique-
Sauter vers: