art amazigh


 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les dangers de l'étiquette " Art et littérature amazighes"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
atanane



Messages : 148
Date d'inscription : 11/09/2008
Localisation : Ida u Tanan / Paris

MessageSujet: Les dangers de l'étiquette " Art et littérature amazighes"   Jeu 2 Oct - 19:25

Billet d'humeur:

« Quand l’Homme a voulu imiter la marche il a inventé la roue, qui ne ressemble pas aux pieds. »
Guillaume Apollinaire


Etre artiste, écrivain, poète amazigh, est- ce- que cela nous oblige forcément à n’écrire, ne penser, n’imaginer et créer qu’en tant qu’intellectuel- artiste amazigh ? Dès que l’on porte l’étiquette de l’amazighité, que l’on prétend la revendiquer ou la représenter, ne se trouve- t- on pas conditionné dans notre façon de penser et de produire, au service uniquement de cette idée de l’amazighité ?
Bien- sûr, nous sommes Imazighens et notre identité particulière nous procure une manière de voir le monde, une pensée teintée par notre culture. Pourtant la plupart d’entre nous ont une vision du monde, de l’être, des lettres et des arts bien plus vaste et plus variée que notre terroir amazigh cher à notre coeur, mais limité.

Bien- sûr, notre condition générale ( Histoire, société, politique, etc. ) exige en principe une certaine dose d’engagement intellectuel en faveur de nos identité, langue et culture oppressées. C’est de notre devoir de défendre l’amazighité, par tous les moyens culturels. Mais le champ de l’engagement culturel en faveur de l’amazighité est tellement réduit, de mon point de vue personnel tellement répétitif, pour ne pas dire médiocre et décourageant : d'une part, pour qui écrire, créer ? Le peuple amazigh pour une grande part se désintéresse de la culture, de la littérature et de l’art. D'autre part on a vite fait le tour du microcosme culturel amazigh, toujours identique à lui-même; on en a vite atteint les limites pour se retrouver avec un sentiment d’enfermement, de nombrilisme et une certaine forme de fanatisme identitaire et culturel néfaste justement pour la création littéraire et artistique, qui nécessite liberté et créativité, une audace et un renouvellement permanents. Ainsi, il faut se méfier de l’étiquette « art et littérature amazighes », où certains, par excès de militantisme ou de fierté, risquent de se retrouver cloisonnés comme dans une réserve hermétique, renfermée sur elle-même.

Bien que l’idéal amazigh nous tienne à cœur, qu’il y a là bien entendu matière de réflexion, d’inspiration et de création, une noble et juste cause d’engagement militant, cette " spécialisation" risque de devenir rapidement étouffante pour les artistes et sclérosante pour la survie de la culture amazighe, qui a déjà subi un énorme retard. La création littéraire et artistique féconde, novatrice, dépasse justement toutes les étiquettes, les identitarismes et les idéologies, elle ne peut se déployer et s’épanouir que dans l’universalité pour combler les lacunes et les retards et ne point demeurer au point « zéro », mais tendre à diversifierses surces d'influence, rejoindre la création littéraire et artistique du monde moderne, travailler dans ‘ l’ « ici et maintenant » ; elle doit prétendre à l’avant-garde, se confronter et s’élever aux cultures étrangères, qui ont pris une bonne longueur d’avance, depuis longtemps. Ne plus se sentir obligé d’écrire, de produire qu’en « termes amazighes » et se refermer dans l’imitation d’un modèle dépassé, mais oser se mettre au niveau du monde, quitte à mettre parfois entre parenthèses son amazighité, la « mettre en veilleuse » et s’adresser, « urbi et orbi » au plus grand nombre, au-delà de nos frontières amazighes.

Il y a beaucoup à dire sur la littérature et l’art typiquement amazighes, de nos jours : à commencer par la plus productive et la plus populaire des arts populaires, la chanson, qu’elle soit traditionnelle ou moderne, qui constitue un riche réservoir culturel identitaire puissant, mais ces chansons ( excépté les classiques ) sont parfois lassantes tellement elles sont répétitives par leur forme et contenu, se copiant les unes les autres, et ne s’adressant qu’à leur public amazigh restreint, sans aucun effet de surprise ni d'originalité.
Les arts plastiques amazighes sont, qu’on le veuille ou non, d’un niveau médiocre et ne consistent, avec les moyens du bord très limités de l’artiste amazigh et l’absence de l’intérêt du public, qu’à se répéter inlassablement, se copier de façon lamentable le plus souvent, toujours sur le même modèle folklorisant.
Le théâtre quant à lui est pratiquement inexistant, hormis quelques comiques qui ont réussi à percer et qui ne s’adressent qu’à un public amazigh initié, amateur de bonnes blagues et d'autodérision. Pratiquement pas de théâtre amazigh classique ou moderne de qualité, novateur. C’est bien de traduire en tamazight des pièces universelles, mais pourquoi ne pas inventer, écrire et produire à partir de ces modèles avancés ?
Le cinéma amazigh, plus productif et plus populaire, se contente aussi, par manque de courage, de ne représenter que des clichés à l’intention d’un public habitué de recevoir toujours la même image de lui-même. Il serait intéressant de le comparer au cinéma des pays asiatiques, coréen, japonais par exemple, qui a dépassé son cercle ethnico- folklorique, pour devenir universel, l'un des meilleurs du monde!

Nos ancêtres du Néolithique faisaient preuve d’imagination et d’innovation, en inventant le chariot et la roue, l’une des plus grandes prouesses technologiques de la Préhistoire et de l’Antiquité. Imazighens constituaient un réservoir inventif pour les cultures antiques, qui leur ont beaucoup emprunté. Plus tard,
Apulée ( Afulay ), écrivain amazigh de l’Antiquité, n’avait pas réfléchi en termes identitaires amazighes, bien qu’il se revendiquait au sein de Rome en tant que tel, Nord africain; et il avait produit une œuvre universelle, qui nous interpelle par sa modernité jusqu’à nos jours. Saint Augustin ( Augusten) de même, ne s’est pas réservé à l’imitation des anciens, mais il avait fait preuve d’audace et d’innovation, d’universalité, en créant un genre littéraire nouveau, l’autobiographie (Les Confessions), pour mieux illustrer et renouveler les dogmes chrétiens sclérosés à son époque.

A nous de prendre ces prestigieux ancêtres pour modèles, de restaurer et de renouveler la culture amazighe !
Atanane
Revenir en haut Aller en bas
http://www.20six.fr/atanane
Tanirt
Admin
Admin


Messages : 737
Date d'inscription : 16/05/2008
Localisation : France

MessageSujet: Re: Les dangers de l'étiquette " Art et littérature amazighes"   Ven 3 Oct - 5:07

Merci Atanane pour ton article très interessant qui soulève de nombreuses problématiques qui existent bel et bien hélas dans le domaine des arts et littérature amazigh.

Mais en ce qui me concerne et à mon humble avis, je dirai que nos ancêtres ont pu dépasser cette sphère réductrice JUSTEMENT parce qu'ils n'y étaient pas autant réduits par tout un processus de repressions en tout genre, qui essaient de nos jours de nous écraser, d'écraser notre culture et notre identité, en nous servant des discours soporifiques, des démagogies creuses, tout en s'acharnant à maintenir et à bloquer beaucoup de projets créatifs dans un état embryonnaire non évolutif.
Beaucoup sont obligés de caresser l'animal dans le sens du poil, donc forcément, les résultats peuvent s'en ressentir.

Quant aux chansons et aux productions audio-visuelles, le public consomme de la médiocrité, parce que c'est ce qu'on accepte de lui servir, les gens ne s'enferment pas, les pouvoirs publics s'en charge.

Ceci dit, je reste optimiste en disant cher frère Atanane, qu'au jour d'aujourd'hui que nous avons de grands talents, il y a EMERGENCE dans tous les domaines, laissons le temps au temps!

Tanmirt nk flower
Revenir en haut Aller en bas
http://art-amazigh.discutforum.com
itrinit
Modérateur
Modérateur


Messages : 441
Date d'inscription : 18/05/2008
Localisation : Agadir

MessageSujet: Re: Les dangers de l'étiquette " Art et littérature amazighes"   Sam 4 Oct - 0:46

Merci Atanane pour cet article très intéressant.
Je suis tout a fait d’accord avec toi, Imazighen doivent se servir maintenant de leur maturité acquise en tant qu’artistes pour faire une auto-critique honnête, ciblée parfois même violente. Une auto-critique qui va leur permettre de mener à bien leur voyage dans l’univers de la création. Il faut vraiment oser.

pour qui écrire ?
Il ne faut pas se casser la tête pour connaitre à qui écrire.
Ce que l’écrivain écrit pour lui-même et certainement et toujours meilleur que ce qu’il écrit pour les autres qu’ils soient élites ou petit noyau de fidèles lecteurs ou des millions d’inconnus. Lorsqu’on pense dès le départ à qui écrire, c'est déjà le marketing.
Un peintre, devant sa toile, ne pense qu’à exprimer ses sentiments.
Si le peuple Amazigh d’aujourd’hui, se désintéresse de la culture, de la littérature et de l’art, il faut penser à créer pour les générations à venir, la plupart des plus grands artistes ne sont reconnus qu’après leur mort.
Tanmirt nk.
Revenir en haut Aller en bas
atanane



Messages : 148
Date d'inscription : 11/09/2008
Localisation : Ida u Tanan / Paris

MessageSujet: Re: Les dangers de l'étiquette " Art et littérature amazighes"   Sam 4 Oct - 17:57

Merci Tanirt et Itrinit pour vos réactions. Je ne prétends pas avoir raison, c'est juste un billet d'humeur, pour provoquer une discussion. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.20six.fr/atanane
Titrit ignwan



Messages : 30
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: Re: Les dangers de l'étiquette " Art et littérature amazighes"   Dim 5 Oct - 13:11

waaaaaaw qu'est ce vous vous prenez la tête tous les trois!! affraid

Entre un atanane pessimiste et destabilisant
Une tanirt réactionnaire et utopique
Un itrinit oscillant entre le sombre et le réalisme
affraid

hééééé respirez :alvas: !!!!!!!!!! Détendez-vous!! tout va bien!!! sunny

Atanane, quand tu es créatif, et que tu inscris pas ta création dans un cadre amazigh, tu veux lui donner quelle étiquette? aucune ( à quoi bon?) universelle ?( utopique), alors "juste" marocaine"? mon gars voilà le vrai "danger" pour notre culture, tout ce qui est beau et sublime se déclarant "neutre" prendra une étiquette finale " de l'art ARABE marocain"!! silent

C'est un peu comme ces étrangers qui vivent en France et ailleurs
quand il s'agit d'un jeune maghrébin commettant le moindre délit, étiquette du journaliste couvrant les faits" un jeune d'origine maghrébine....."
le même jeune s'il réussit un exploit soprtif au niveau international, on dira" ce jeune et prodigieux français....."

bref faut pas se voiler la face..... Basketball
Revenir en haut Aller en bas
itrinit
Modérateur
Modérateur


Messages : 441
Date d'inscription : 18/05/2008
Localisation : Agadir

MessageSujet: Re: Les dangers de l'étiquette " Art et littérature amazighes"   Dim 5 Oct - 23:43

waaaaaaw, et dire que titrit ignwan n’est qu’à son 3 message !!! affraid
awi yata ccur ar kigh ka tsserghit lblast nm :alvas: :alvas:

Un grand merci titrit igenwan pour ta réaction rien à dire, super ta franchise et ton commentaire.
je suis bien conscient de tout ce que tu as dis.
thank ultam tengh
:fleur:
Revenir en haut Aller en bas
amawas



Messages : 28
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: Les dangers de l'étiquette " Art et littérature amazighes"   Lun 6 Oct - 8:44

azul aytma d istma
Apulée, Augustin, Ibn khaldoun, ibn battouta, ... etc .... et des centaines voir des milliers d'autres, sans compter de nombreuses personnalités intellectuelles et artistiques contemporaines sont d'origine amazigh mais ....... !!!!!! Embarassed

je ne pense pas que ces gens là ont vraiment contribué à préserver notre culture et nos traditions amazigh. non
mon grand père disait toujours: celui qui veut construire sa maison, qu'il utilise la pierre du village.(azru n tmazirt asay bnnu yan)
tanmirt pour ce sujet intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Titrit ignwan



Messages : 30
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: Re: Les dangers de l'étiquette " Art et littérature amazighes"   Lun 6 Oct - 10:22

itrinit a écrit:
waaaaaaw, et dire que titrit ignwan n’est qu’à son 3 message !!! affraid
awi yata ccur ar kigh ka tsserghit lblast nm :alvas: :alvas:

Un grand merci titrit igenwan pour ta réaction rien à dire, super ta franchise et ton commentaire.
je suis bien conscient de tout ce que tu as dis.
thank ultam tengh
:fleur:


Makh agma umezh lcar fad ad zwar asstwah ?? Suspect

Merci à toi aussi!! flower
Revenir en haut Aller en bas
Titrit ignwan



Messages : 30
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: Re: Les dangers de l'étiquette " Art et littérature amazighes"   Lun 6 Oct - 10:27

amawas a écrit:
azul aytma d istma
Apulée, Augustin, Ibn khaldoun, ibn battouta, ... etc .... et des centaines voir des milliers d'autres, sans compter de nombreuses personnalités intellectuelles et artistiques contemporaines sont d'origine amazigh mais ....... !!!!!! Embarassed

je ne pense pas que ces gens là ont vraiment contribué à préserver notre culture et nos traditions amazigh. non
mon grand père disait toujours: celui qui veut construire sa maison, qu'il utilise la pierre du village.(azru n tmazirt asay bnnu yan)
tanmirt pour ce sujet intéressant.

iyyih agma ighwzan ak jddik, ssaht ayan!!
Mach ghassad mara dak zwar yajj azru n tmazirt nk pale imil yadli a sers tbnnut !! Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les dangers de l'étiquette " Art et littérature amazighes"   Aujourd'hui à 10:14

Revenir en haut Aller en bas
 
Les dangers de l'étiquette " Art et littérature amazighes"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [littérature-musique] "La mécanique du cœur"
» Littérature dite "sentimentale"
» Hokusai: "le fou de la peinture"
» "Ne dépendre de personne" : Amitié ?
» Revue "Les dessous de l'Histoire" (Jacquier)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
art amazigh :: Culture et Patrimoine Amazigh :: Discussion générale-
Sauter vers: