art amazigh


 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 tirra n tallast

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mohamed Oussous



Messages : 50
Date d'inscription : 18/12/2008

MessageSujet: tirra n tallast   Jeu 25 Déc - 0:42

azul aytma inerzaf n waggur ad n tirra d usnflul, righ ad saqqsagh is illa gh aytma wid ittaran g usays n tallast (nouvelle), acku tsghawsa tmazight awd s wanaw ad n tsrit (prose)? nra ad nghr kra n umdya gh waggur ad.
Revenir en haut Aller en bas
Reqia Tanirt Touw



Messages : 258
Date d'inscription : 04/06/2008
Localisation : safi

MessageSujet: Re: tirra n tallast   Jeu 25 Déc - 18:29

Mohamed Oussous a écrit:
azul aytma inerzaf n waggur ad n tirra d usnflul, righ ad saqqsagh is illa gh aytma wid ittaran g usays n tallast (nouvelle), acku tsghawsa tmazight awd s wanaw ad n tsrit (prose)? nra ad nghr kra n umdya gh waggur ad.


azul mass OUSSOUS !

tanemmirt asselmad negh , tutlayt ngh tamazight tghus tdus ,rad sers nara kri gat anaw s kri gat tgharast gh tirra d usenflul ,nstara sers amadal ,nmelt i i yan t ur issin !! illa may taran tallast g wagur ed s tmazight , gisn gwmatengh (itrinit /H.MOURABIH) .... d wiyyad s tafrançist !!

ghid gis tallast s tutlayt tamazight : tiwwurga n igdad - baghrar- azzar azirar-tutlayt n ufessa - igh rzant tifrawin..!! - ar kem tirigh.. - nnan rad tafud ! -afniq n ikwtayen - tigwriwin zegh ull n idd ! .
http://tanirt.wordpress.com/

tanemmirt !
Revenir en haut Aller en bas
titritasa



Messages : 83
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: tirra n tallast   Jeu 25 Déc - 19:12

azul ultma Tanirt d gma Mohammed Oussous.

is iga yan sujet bahra ifulkin, bahra yhemman....achku vraiment ura nssflid bahra i willi ttaranin tallast, ghiklli nssflid tugt imdyazen, mqar ichwa ghimkan, zeema addarnekh ilin imdyazen, mach ikhssa an swingm i les autres arts, zund tallast : la nouvelle.

ghiklli dari ieezza amarg, ieezza dari htta addarakh tillasin, gh tamazirtnekh, llan bzzaf n imazighn ghiklli tnna ultmatenkh Tanirt, ittaran s tafransist, d ta3rabt, gh kullu nawahi : roman, nouvelle....., mach ikhssa ad nfk i tutlaytenkh, achku nkkwnin af akh illa lwajib , ligh nssen i tachelhit asers n sawal, rad ukan nnsen asers nttara mayfulkin.


c'est une petite experience dans mes essaies d'ecrire une nouvelle en tachelhite.

Fichta gh Igmir


Asa , tamazirt bahra imqurn, gutn gis imzdaghn, tasswa gh tuzzumt n idrarn bahra yattuyn, bahra ighzzifn, ifk gis rebbi igran ligh llan tugt n ifrghan, ziyt, luz, argan….d kullu mad zzadn mddn …zund asngar, irdn, tumzin, ….hawln gis lfakit zund rmman, zenbuh, adil, ikwzarn….
Ittaf asa yan ughbalu bdda ingin , zgern amannes s tamazirt , bdun f snat trgwa..targwa yattuyn, d targwa idran.
Igran lidttafn ayt usa gant mnnaw, sutln i tamazirt zund : ighir uzer, lmlaln, amaluntk, ighunan, fighzer, fisil, asif n ayt bulm, du tazazzelt, timsal, tighwmert, du tazart, talukust, imawntswak, tasukt n tfrawt, du tghrat, ….igmir.
Akalad n igmir iga yan wakal bahra imqurn, itkurn s iferghan, uratissant man tasukt gis kkan, kusantn iyawn gh lajdud n lajdudensen, akalad bahra ifulkin ifjjijn, iga tamatart n asa, ityawssan bahra sers gr timizar yadnin, nttan arafllas izwur wanna yran aykchem s asa, razwar izri f igmir, wannad ikkan izzar, zund igh ikka tagmut, irayzwur f ighir uzer, gr ighir uzer d igmir, nttan aygan tamazirt n asa.
Mach ghiklli ityawssan igmir s ufulkins, ityawssan is ityawttaf, ar tinnin willi chibnin, i willi sul mzziyn, is uriêdil adkken agharas n igmir gh yid, fad ulmaqarn kra mawrirwin, scratch , ghimkan af iggan igmir idsens gh ufessi, d usya, -le silence-, mn ligh tghli titrit n tiwudch. Like a Star @ heaven
Ar yan ddur, yan yid ligh gis huchen imzdaghnes willi ur anttannay…
Mnnaw n mdden ayslladn i agwalensen, inna yan gh iêyyaln n usa :
- iz htta ghad yad ittaf asays ?!!!

swangemn iêyyaln adsjjeln agwal n igmir, nkern yan yid n yat tagerst ismmidn, dun s igmir, iwin didsn lkasit , slhiln gh ugharas, ar zigizn gh wasif n sidaktir, ar kigh azn igmir, ibid yan gitsen inna :

-adur tnuchgem bahra, radasen nergs taghwrdin n ujarifan…ghwan n tama n wasif.

Inna yan yadnin :
-Igh ttafen adafn radakh zern !!! Rolling Eyes

Inna malk walli ssenkh gr iêyyaln :
- ajjn fllakh tikssadenk, hdutenk gh uhenkurenk.. pirat

mun ar ttidan s tisuraf fssusnin, ssksan….arasn ittachka gh mani bahra ur yaggugn adu n ugwwal.

- isatsslidm i gangansen…walaynni awddi ssennas !!
- mani ghik illa asays…haqqan gh wakalan ighwza wasif..sslidat mzyan !!
- yah !…ghin ukan aghakh ilkkem ahwachensen, mach ur nufi atn nnaz bahra.

Innays malk : tksut ak ssiwdn !!!

Mittin bahra s usays li ur a tzerra tit, inna malk :
-walaynni igat !!!manighas zzarn ayt tagmut !

Inna yan yadnin :
- rad inikh allun n salm, mach htta salm ura yut allun zund nttni… !

ar kkitn ganga, naqus, d allun…ar ittenduduy igmir gh tuzzumt n yid, ar issergha wul n williyas sfflidn…inna malk :
-trgha lfichta !!! serbi, serbi…rzem ilkasit !!!

akudan ligh rzemn ilkasit, ibid ganga, ibid allun, lah agwal, tffsa kullu dunit, ar tnuchugn tichmra n iferghan s imik n uzuzwu, ikchem asmmid ul n iêyyaln, bidn imik n uzemz ar tqeln, inna yan gitsen :

- madasn ijran…makh ad bidn ?!
- haqan salan.
- ngh haqan ssen mafd nuchka.

Gh uzemzan, shssan zund igh atnittanay kra, smuqeln fusgansen, tazelmat d tafasiyt, htta yan….amadal ingd gh tillas…lah itran…abla asif n ignwan aysmerqan gh ufllayan yaggugn…smeln iêyyaln tisuraf s taghwrdin…wirrind, iqama gisn lhal, ur lkemn illi ran, yut malk s ifassens :
- ullah arakh trwel khtad…ar yat twal yadnin
- ur nikh iz radakh ajjn ! innays yan gitsen

mach malk ijawbas :
- wakha..ranzer !!!


ligh zrin asif, fln igmir gh taghwrdin, isawl kra inna :
-wachan n malk, isskhssrakh lfichtankh !

inna yan yadnin :
- tawalad yuchkan, raten sserfufen !

tnna yat gr ichdran :
- ajjat awi wachan, ullah ayga ahwawiy, issusemt agwwalnekh, iêzza dars gangankh !!

fkent i tadsa du uzenzar n wayyur ihdan mnassens gh umedlu. Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Aza Taziri
Admin
Admin


Messages : 182
Date d'inscription : 21/12/2008
Localisation : agadir

MessageSujet: Re: tirra n tallast   Jeu 25 Déc - 21:57

azul aytma ha yat tallast igzzuln ttyasay-d zzg tawckint n tallasin n lhcen zahour lli d iffghen asggwas ad gh ugadir s ism n "amussu n umalu", tallast nttat ism ns talluht (p:27)

Tallûht
Ihêsa umhêdar tallûht ns, izri ilmma s yat tsga g ad ssiridn tilwâh, isrs g tama ns tanast ns n waman, iskubbr, ar ittql s twala ns, iznzârn n taylgi ar kkatn iskkiln n tallûht ns, ar ismuqqul wazzan g tallûht ns, tssusmt (t3jbt).
Ig nn adâd ns g tanast, yall t id inngh s udâd ns ilan aman tafukt d iznzârn ns g tghmrt tazlmâdt n tlluht.
Yitti nn s tuzzûmt n tlluht, ar gis ittnngh s udâd ns lli issngâd gh waman, yan wazzan isghrrd adâr, inngh f iggi n udâr n wazzan yat tawjja zund ig tt yut.
yat tsga yâdnin n talluht, inngh gis sin izrân, isbdd tn zund ig gan lgur, ig nn adâd gh tanast yall t id, hêra ira ad inngh andâf n lgur s igh issyafa yan ifil n takat ikka tighwrâd ns, tdêr as talluht, iknu s wakal s ugzzâz , issfld i waggag gh iggi ns ar t ittzî d ukuray gh ufus ns :
- ar tssxsart talluht nk ay aghyul !
Inttg, yasi talluht ns, ar tt issirid.
Tsslmd as ilmma tkurâyt ad ur ittwarga.

ha yan umagrad lli yura mass anir bouyaâqoubi f twckint ad n tallasin:

Amussu n umalu de Lahcen Zaheur
Ou l’Histoire contemporaine de Souss racontée sous forme de Nouvelles
Lahoucine BOUYAAKOUBI-Anir
L’écrivain amazigh Lahcen Zaheur, après sa première expérience bien réussie avec Muzya en 1996, publie en 2008 son deuxième ouvrage intitulé « Amussu n umalu »(Mouvement de l’ombre). Il s’agit de treize nouvelles écrites en amazighe. Dans un bon style littéraire, une créativité remarquable et dans une langue amazighe retravaillée l’auteur ajoute à la bibliothèque amazighe un livre qui mérite la lecture. Il prenne comme base le tachelhit, variante amazighe du sud du Maroc tout en exprimant une ouverture sur d’autres parlers amazighs, et même sur le néologisme pour contribuer à la normalisation de cette langue dans la perspective d’une standardisation progressive. De ce fait l’auteur, de sa part, s’intègre, à coté d’autres auteurs de la même région comme les romanciers Mohamed Akounad et Afulay, l’écrivain Mohamed Ousouss ou les poètes Mohamed Ouagrar et Lahoucine Ajgoune, dans cette mouvance d’écrivains ayant comme stratégie la contribution à l’accumulation dans le domaine de la production écrite en amazighe. Mais au delà de cet objectif la langue amazighe elle-même suscite un intérêt particulier. Elle est à la fois moyen et objectif. Elle est utilisée pour porter et faire circuler des idées, mais aussi cette langue a besoin d’être retravaillée. Après des siècles de marginalisation elle s’est retrouvée refoulée vers la marge, l’oubli et la simple utilisation domestique dans des milieux restreints. Elle a donc besoin d’un effort linguistique, sur tous les niveaux pour la mettre à jour. C’est le souci qui s’impose à tout écrivain en amazigh dans le contexte actuel.
Lahcen Zaheur participe aussi dans ce grand effort. Déjà le titre de l’ouvrage nous révèle sa volonté de faire sortir les expressions amazighes de l’ordinaire. Si les deux termes amussu (mouvement) et amalu (ombre) sont courants en amazighe du sud du Maroc la combinaison entre les deux, comme d’ailleurs le cas de « Tawargit d imik », « Ixfawen d isasan » ou « Imula n temktit », parait anormal pour l’oreille d’un « achelhi ». Ces titres donc invitent les natifs de cette langue à revoir leur vision et leur rapport à leur langue maternelle. Dans ce cas là, il s’agit d’une langue amazighe littéraire qui n’est pas déracinée de ses origines mais elle aspire produire un discours différent de ce que la tradition a gardé pour cette langue.
Le lecteur de ce nouvel ouvrage n’a pas besoin de beaucoup d’effort pour constater que l’auteur d’Amussu n umalu, qui a choisi les Nouvelles comme genre littéraire nouveau en amazighe, nous présente sous forme littéraire l’histoire contemporaine du Souss. De son coté il renforce un aspect qui devient de plus en plus dominant notamment depuis l’apparition des deux romans d’Akounad, « tawargit d imik… et « Ijjign n tidi ». L’histoire de la région s’impose comme sujet central dans ces écrits. Le retour à l’histoire et notamment l’histoire contemporaine mérite de susciter une petite réflexion. C’est à cette période, notamment depuis l’instauration du Protectorat français au Maroc que le processus de construire l’amazighité comme identité négative s’est accentué. Et tous les malheurs de cette langue et de cette culture dans le Maroc indépendant viennent, d’une grande partie, de ce processus qui a largement influencé les différentes politiques linguistiques et culturelles du Maroc indépendant. Pour la réhabilitation de cette langue et cette culture et les mettre en valeur les écrivains amazighs se trouvent prisonniers de leur histoire et puisent de cette période la matière première pour à la fois produire en amazighe mais aussi pour repenser cette histoire et mettre en place une lecture amazighe. Pour s’en débarrasser il faut la feuiller en détaille et chercher le non dit dans l’histoire officielle avant de voir les perspectives.
Les événements des nouvelles de Lahcen Zaheur, qui peuvent être imaginés mais me semble-il reflètent aussi des situations vécues par l’auteur lui-même, se situent historiquement dans les trois premières décennies de l’indépendance du Maroc et surtout autour des années de la Marche verte, 1975. Evénement, après les deux coups d’Etat des années 1970, qui marqua la volonté du pouvoir au Maroc de s’imposer sur tous les niveaux comme symbole de « l’unanimité national ». Même si l’auteur ne nous donne aucun signe sur cet événement, la présence forte du Makhzen et ses représentants ne peut faire référence qu’à cette période. Dans une des nouvelles, Tabrat n lalla Zayna (Lettre de lalla Zayna), l’auteur précise clairement la période de l’événement. C’est vingt cinq ans après l’indépendance. Lalla Zayna, arrivée à la poste de la ville pour récupérer son courrier, remarqua que rien n’a changé dans cette poste depuis le départ des Français il y’a vingt cinq ans (p31). Cependant, les toponymes, révèlent l’espace géographique où se déroulent les événements. Il s’agit plus précisément de la région située entre Bouizakaren, TaTa et Agoulmim. Un simple tachelhitophone peut remarquer la présence forte des expressions amazighes de cette région.
Par ce recueil de nouvelles l’auteur nous révèle ses compétences d’imagination et ses capacités frappantes de décrire les situations abordées avec beaucoup de précision. Rien ne lui échappe. Il décrit le climat, le jour, la nuit, le soleil, la lune, le ciel, les animaux, les volailles, et les grimasses des visages des être humains, leur mouvement lent ou rapide selon les situations, la colère, la joie, l’hésitation ou la précipitation. Par cela il réussi à mettre le lecteur dans l’état la plus proche de la réalité.
En dehors de ces qualités littéraires l’auteur témoigne des changements que la région de Souss a connus pendant les années d’après l’indépendance. la perte des valeurs ancestrales, l’expropriation des ressources naturelles des tribus, l’émigration, le sous-développement, la pauvreté, les mutations sociales, le rapport à la religion et à la culture des saints, l’émergence de l’islamisme, le rôle de la femme dans la société amazighe, les conflits tribaux et l’omniprésence du Makhzen sont tous traités. Ce dernier thème est pratiquement fort dans la plus part des nouvelles. Le Makhzen se présente non comme symbole de l’Etat de loi et de droit et garant des libertés mais comme emblème de toutes les injustices et tous les abus. La nouvelle intitulée rad d-yachek luzir (p14), résume parfaitement l’état de la mobilisation des tribus de la région lors d’une simple visite d’un représentant du Makhzen. Malgré la pauvreté et la précarité les habitants doivent se présenter heureux et content de cette visite sans exprimer aucune protestation pour améliorer leur situation. Une telle situation marquée par le manque de tout condition de vie est bien décrite dans tanaragt (p 6). Même un simple dispensaire, obligatoire pour les soins les plus urgents, nécessite, en l’absence de tout moyen de transport sauf les ânes ou les chevaux, un trajet de plusieurs kilomètres. Le Makhzen aussi est présent à la fois comme étranger qui ne parle pas la langue des autochtones comme le gouverneur (butagant, p 23), ou via ses représentants locaux comme les Caids ou Imgharen. Qu’il soit haut autorité ou simple agent les abus du Makhzen sont les mêmes (tchllil n Ulhus, p 47, butelxerst, p 35). Le Makhzen est toujours symbole de l’autorité et de l’injustice. Jamais veilleur de sécurité ou protecteur des citoyens.
Après l’indépendance du Maroc l’histoire officielle véhiculée par les manuelles scolaires rentre en conflit avec la mémoire, l’histoire transmise oralement. La région de Souss a beaucoup souffert de la falsification de son histoire. C’est le sujet traité avec beaucoup de créativité dans tagwmart, (p 61).
La femme et son rôle primordial dans la société étaient le sujet traité par une des nouvelles, tayilgi n lalla Zaha, (p 51). Elle a montré les taches pénibles que la femme subisse dans la société soussis. Toute la journée, depuis l’aube, elle est au service de son mari, sa maison, et ses enfants. Mais ce rôle central de la femme n’empêche pas la continuité d’une mentalité masculine qui se transmette de père au fils. (argaz mzzin, p 46) et qui voit toujours la femme inférieure à l’homme et doit obéir à ses ordres.
La société soussie est aussi décrite par la présence forte de l’aspect religieux. Le rapport à la religion se présente à la fois comme continuité d’une tradition ancestrale dans talluht, (p27) et par l’omniprésence du lexique religieux comme tmzigda (mosqué), ttaleb (clerc), sloukt (cérémonie religieuse), loudo (eau des ébullitions); ladan (appel à la prière), lhizeb (une partie du Coran)… mais aussi comme champs de l’émergence de nouveau conflits entre des jeunes citadins imprégnés par des idées islamistes et qui rentrent en conflit avec leurs familles et avec les habitants du village contre les pratiques religieuses hérités par leur parents depuis des siècles. (aggag, p 39). Ces jeunes accusent ces pratiques de l’impures et mènent une compagne pour imposer leur nouvelle vision à la religion. A l’époque décrite par l’auteur ce phénomène était encor marginal et les gens y expriment une résistance farouche mais il commença quand même à faire ses effets.
Par cette nouvelle publication, Lahce Zaheur s’affirme comme l’un des écrivains amazighs centraux dans le domaine de la production nouvelle en amazighe. Il s’affirme plus comme « le descripteur » incontestable. Il est probable que son ancrage culturel dans la société amazighe du Souss et l’intérêt particulier qu’il porte à la narration des contes amazighs Umiyen lui ont permis de s’inspirer du langage courant pour produire des textes qui laissent le lecteur très proche de la situation décrite.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tirrawal.canalblog.com
Mohamed Oussous



Messages : 50
Date d'inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: tirra n tallast   Sam 27 Déc - 0:11

azul aytma d isttma war assagh, titritasa, azanaf agadir
issusm iyi bahra ad ghergh aylli turam gh usays n tallast.
ultma titritasa, tfulki tirmit lli tskrt, hati gis timitar n tskla ifulkin d lli rad sul ifalki s dat, acku tzdârt ad tsnumlt (décrire avec une grande précision) anzwi d tmsutal n tmazirt n igmir d tdmmawin nns (croyances) s tutlayt ifulkin, ghas llant sul tmukrisin n l'orthographe d la segmentation de la phrase, macc mayann ar-d ittacka gh tizi, tizi nna igrd ufus nm s tirra d tghri n idêrisen. macc aylli ur intln is -d ilul yan itri gh usays n tirra tamazight rad ismrgha ifk tifawt i ignwan d ikaln n tussna. ayyuz nm, d yarghud agh sim!
war assagh: ayyuz bahra f uzday (lien) lli yi tfkit n tanirt, idêrisen da gis illan ghrigh yad mnnaw gisn, akud nna asn ka ulsgh ar tsyafagh tamimt n tirra d tâdfi n tguri tazdgant, d tdrut (profondeur) n iswingimn d ughwzân n isyafatn d tufrayin, ssngh is-d lal nnsn tga tamnayt iffullsn i wayyis n tirra, tamêz algammu ns, ar sis ttghir mklli ka tufa, d mklli ka tra. ur gis turda is tkcm ultma tngh asays n tskla zegh waggur ns mqqurn, tugga adtga akkw tin wanna ighran idêrisen ns.
azanaf: tanmirt f umdya lli-d tiwit f Zahur, da nit ssngh acku lligh nit dis g yat trabbut n tirra gh ugadir, iga yan gh yat tudrust n middn da yusin anzgum n tirra s tmazight.
ayyuz aytmatngh d isttmatngh, artn akkw ssimghurgh!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: tirra n tallast   Aujourd'hui à 6:47

Revenir en haut Aller en bas
 
tirra n tallast
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [PRE-TR] AoA avec WDW + Univ + IoA !! Sept/Oct. 2013 (TR en cours)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
art amazigh :: Culture et Patrimoine Amazigh :: Littérature/Linguistique-
Sauter vers: