art amazigh


 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mon Iliade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Mon Iliade   Jeu 1 Oct - 23:49

Toufitri-Tafraout a écrit:
Autrefois, humbles et bienfaiteurs
On nous considérait tels de braves hommes
Et même si nous n'étions pas libérateurs,
Nous savions rester bons en somme!
Notre enviable projet et notre bon devoir
Offraient toujours un peu de chaleur
Et durant des temps, l'élite du savoir
Nous étions resté auprès des meilleurs.
Dans le fond, de simples philanthropes
Nous étions synonymes de générosité
Et c’était bien sûr contre les misanthropes
Que nous menions bataille avec ingéniosité
On avait réussi à couronner nos intentions !
Car nous avons tant pleuré pour l’humanité
Et souvent devant l’objection ou la constatation
Nous nous retirions et laissions la vanité
On se disait dans la jubilation « la paix,
est un bien grand salut enviable »
A ceux que la vie n'avait pas satisfait
ou que le destin n'avait pas rendus notables.
Défier donc pour nous les maux du chagrin
Était moins supportable que la soif
Mais pire encore était de braver la faim
Pour qui la postérité n’avait que peu de soif.
Rien ne pouvait nous éviter d’être vrai
Ou juger vraiment notre peu d’amour donné,
À celui que l’on voyait fidèle et vrai,
Et qui ne prenait jamais ce qu’il aurait donné.
Dans notre cercle où l’on honore la sagesse
L’immense amitié envers nous semblables
Était ce qu’il nous affairait sans cesse
Tout comme l’honneur des gueux humbles.
Car, le notre était bien celui de chacun
Plus grand certes, que le devoir en avoir
L’honneur pour tous, bien qu’aucun
Ne devait en user comme pouvoir.
Respecter autrui était notre voeu
Un désir inné que nous avons en nous
Pour l’ensemble de nos instants de voeux
Consacrés aux joies qui nous unis à vous !
L’union avec la paix était notre épopée
Triomphe de nos espoirs les plus fous
Que l’on avait portant réussi sans épée
Et que l’on semait au nom de vous tous.
Tout comme la paix, l’odyssée
De notre raison devait nous guider loin
De l’hypocrisie. Quitte à rendre embarrassé
Les geôliers de l’espoir, devenu besoin !
Mais puisque l’espoir, de peur du décevoir
Se voyait surgir de la crainte de nos charmilles
Notre bonté nous apaisait dès le soir
Avant d’y rêver à nouveau en famille.
Fières nous avions aimé l’humanité
Et l’amour de notre prochain paraissait
Comme notre devoir occulte. Vanité
Que notre raison ne pouvait délaisser.
Nous étions des hommes de coeur
Avides de sécher les larmes qui coulaient
Dans de nos veines désertées de rancoeur
larmes qui parce que martyrs fuyaient !

A99a wadil amerzig


Salut toufitri
Voilà un autre beau poème que tu as posté de la part de notre ami poète Aqqawdilamerzig
Je te remercie
bravo ami poète
Amitiés
thank bravo flower :fleur:
Revenir en haut Aller en bas
 
Mon Iliade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Iliade / Odyssée
» Iliade, le retour d'Achille (nouvelle courte)
» L''Iliade d''Homère
» [Théâtre] "Iliade" avec Florent Dorin
» Le spectre de Carthage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
art amazigh :: Culture et Patrimoine Amazigh :: Poésie-
Sauter vers: